Tag Archives: Salaire

Worldline et la « prime » MACRON : Etape 1 La CFDT se bouge ..

En réponse à la sollicitation du Gouvernement MACRON,  plusieurs entreprises ont d’ores et déjà annoncé agir concrètement. Coté Worldline ?

Feuille de Paie : Suppression cotisations chômage et maladie au 1er Octobre 2018

De l’origine de la mesure

Il s’agissait d’un des engagements de la campagne d’En Marche, visant à « mieux vivre du travail ». Une alternative à la TVA sociale, proposée par un autre candidat…

Concrètement, la mesure se traduit par un transfert du financement de 2 cotisations,

  • La suppression des cotisations salariales maladie (0,75 %) et chômage (2,4 %) en deux temps : janvier 2018 et octobre 2018.
  • La hausse de 1,7% de la CSG (en janvier 2018)

Donc globalement, pour le salarié c’est positif sur la feuille de paie à très court terme, mais est-ce qu’on y gagne vraiment à long terme ?  Rien n’est moins sûr.  D’une part, le gain pour les salariés est en grande partie compensé et donc payé par les retraités ! qui ont vu une hausse subite et drastique de la CSG.  D’autre part, notre système de protection sociale solidaire est attaqué sur ses fondements même par ce remplacement d’une assurance à laquelle on souscrit  « je cotise pour être indemnisé quand le risque survient »  par un « service payé par l’impôt ». On comprend tout de suite que la donne est potentiellement fondamentalement différente.  L’état deviendrait seul décideur et pourvoyeur de l’existence et des conditions de délivrance de cette assurance désormais réduite à une simple prestation sociale ! 

Et c’est combien ?

Il s’agit d’une hausse des rémunérations de +1,45% ( = +0,75% + 2,40% – 1,70%), soit :

  • environ 49 €/ mois  soit 500€ par an pour un salaire de 3361€ (faire le calcul pour le salaire moyen des worldline cadres )
  • environ 27 € / mois soit 360€ par an pour un salaire de 1 896€ (salaire moyen des techniciens /agents de maitrise et employés )

Bon, quand même cette hausse de rémunération  provoque mécaniquement une hausse des impôts sur le revenu, mais on ne va pas faire les fines bouches. Il reste encore des choses à faire pour plus de justice et de partage dans l’entreprise.

Et concrètement, je vois quoi sur le bulletin de paie?

Le bulletin de paie d’octobre 2018 montre :

  • la suppression des cotisations salariales chômage et maladie (les cotisations employeurs restant dues);
  • l’application du nouveau taux de CSG (depuis le 1er janvier);
  • la nouvelle ligne intitulée « Dont évolution de la rémunération liée à la suppression des cotisations chômage et maladie » .

Pourquoi le montant cité sur la nouvelle ligne ne correspond pas au montant de la hausse de salaire observé par rapport au mois dernier ?

Parce que le montant tient compte de la baisse des charges et de la hausse de la CSG mise en place au 1er janvier dernier !

Des questions sur votre bulletin de paie ?

Posez-les à votre RRH et à vos acteurs et actrices CFDT. euh … Pourquoi aux deux ? Mais parce qu’on répond plus vite et qu’on vérifie tout ! Usez et Profitez des compétences syndicales .. vérifiez !

LA CFDT SIGNE L’INTÉRESSEMENT ET LA PARTICIPATION 2018, malgré un dialogue social dégradé

La négociation démarre le 22 juin pour une date butoir au 30 juin. La direction propose alors un projet liant l’intéressement et la participation : c’est  tout ou rien.  La CFDT a analysé les projets, fait ses propres calculs. Contrairement à la CFTC, la CFDT a décidé de ne pas se satisfaire de cet unique 1er jet et de continuer à négocier, malgré la porte fermée par la direction.

Nous avons donc contre proposé avec l’ objectif de faire progresser la participation, un outil plus égalitaire car calculé sur le temps de présence et non sur la rémunération.

Après de rudes séquences et un travail acharné de notre part, la direction a émis un projet qualifié de final.

Ce projet final, notre collectif a décidé de le signer après beaucoup d’hésitation. Nous jugeons le projet insuffisant : il ne permet pas de revenir au niveau distribué en 2016. Il repose la question de la justice dans le Partage de la Valeur Ajoutée, une question cruciale dès lors que l’intéressement est devenu une véritable composante de la rémunération,  utilisé et présenté comme tel par l’entreprise. Nous avons conclu que les montants proposés pour l’intéressement et la participation étaient tels qu’il ne fallait pas les perdre et que notre signature allait permettre qu’ils soient distribués à tous.

Au-delà de ces accords, nous, CFDT, obtenons un rendez-vous entre organisations syndicales représentatives et Direction générale. Objectif : s’engager sur l’avenir.  Nous avons prévenu que nous voulions obtenir un engagement relatif au versement éventuel d’un supplément de participation.  Suivez nos actualités, la date n’est pas fixée encore mais cette entrevue devrait se tenir dans les jours qui viennent.

L’accord de participation n’a été signé que pour une durée limitée à une année. Et Il nous faudra être efficaces et persuasifs l’année prochaine pour l’améliorer encore et convaincre la direction qu’il nous faut ces deux outils (intéressement et participation) à un meilleur niveau.

Pour l’intéressement, une formule améliorée s’appliquera en 2018. Et si le montant de l’intéressement 2018 se révèle encore une fois inférieur aux estimations, nous irons chercher auprès de la direction le versement d’un supplément de participation.  C’est techniquement possible, dès lors que la volonté politique est là !

Pour ce qui concerne le dialogue social, depuis l’automne 2017 déjà, la CFDT avait fait état d’une organisation déficiente des négociations et de nombreuses difficultés. Ce constat a été partagé par la direction. Et nous obtenons aujourd’hui l’engagement de celle-ci de travailler à fixer les éléments de méthode qui devront permettre de revenir à des pratiques plus respectueuses des parties et à remettre de l’efficacité dans ces travaux. Claude France s’engage à participer directement à ces négociations. A suivre …

Le cadre de notre intéressement est fixé pour les années 2017-2018-2019

Encore une fois la démarche unitaire CFTC & CFDT, nous permet d’arriver à un accord avec la Direction de Worldline. Des échanges, de l’écoute, des propositions qui évoluent, qui s’affinent jusqu’à l’obtention d’un projet de qualité améliorant notre accord précédent sur plusieurs points.

On vous dit tout à l’aide de quelques graphes et de lignes de prose, bonne lecture !

 

Une formule au cœur de la négociation

Comment construire une formule dégageant une enveloppe d’intéressement reflétant le plus justement possible notre performance ?
Réponse en 3 temps :
Premièrement, se mettre d’accord sur les indicateurs principaux qui seront au cœur de notre formule d’intéressement. Sur une proposition de la Direction, la marge opérationnelle de Worldline France et son « taux de marge avant impact des dépréciations et des amortissements » sont retenus. On désignera le taux de marge par ses initiales anglaises OMDA pour Operating Margin before Depreciation and Amortization.

Ensuite, construire l’ossature d’une formule encore abstraite. Plus difficile. Quelques coups d’œil sur nos accords précédents pour nous aider à arriver à la proposition suivante :

  • Si (Marge opérationnelle < X1€)
    • Alors Intéressement de Base = 0
  • Sinon si (Marge opérationnelle > X2€ et Taux d’OMDA < X3)
    • Alors Intéressement de Base = X4 * Taux d’OMDA – X5
  • Sinon
    • Intéressement de Base = X6 * Taux d’OMDA – X7

Reste maintenant à donner des valeurs à nos différentes variables X1, X2, X3, X4, X5, X6 et X7 afin de traduire concrètement notre formule d’intéressement abstraite. Après plusieurs séances de travail, nous arrivons à la proposition suivante :

X1 = 50M€, X2 = 50M€, X3 = 20,7%, X4 = 0,4, X5 = 3,25, X6 = 0,25 , X7 = 0,15

La nouvelle formule est donc la suivante :

  • Si (Marge opérationnelle < 50M€)
    • Alors Intéressement de Base = 0
  • Sinon si (Marge opérationnelle > 50M€ et Taux d’OMDA < 20,7%)
    • Alors Intéressement de Base = 0,4 * Taux d’OMDA – 3,25
  • Sinon
    • Intéressement de Base = 0,25 * Taux d’OMDA – 0,15

 

Des informations financières pour construire notre formule

Pour déterminer ces différentes valeurs, nous nous sommes basés sur les informations financières du Groupe Worldline communiquées aux marchés financiers :

Des informations financières pour construire notre formule

Pour déterminer ces différentes valeurs, nous nous sommes basés sur les informations financières du Groupe Worldline communiquées aux marchés financiers :
Au niveau de Worldline Global (En million d’euro)

2016 2015 2014 2013
Chiffre d’affaires  1 309,20 1 227,00 1 149,30 1 135,10
Marge opérationnelle 196,6 177,9 170,3 164
En % du Chiffre d’affaires 15,00% 14,30% 14,80% 14,40%
OMDA 232,8 219,4 201,2 nc
En % du Chiffre d’affaires 17,78% 17,88% 17,51% nc

Au niveau de Worldline France* (En million d’euro).

2016 2015 2014
Chiffre d’affaires  428,50 427,30 415,00
Marge opérationnelle 64,3 62,0 61,5
En % du Chiffre d’affaires 15,02% 14,50% 14,82%
OMDA 76,2 76,4 72,7
En % du Chiffre d’affaires 17,78% 17,88% 17,51%

*Seul le chiffre d’affaire du périmètre France est présenté aux marchés financiers. Les autres indicateurs sont déduits des résultats globaux par un simple produit en croix.
Nos estimations pour la France sont vraisemblablement inférieures à la réalité. Il est probable que la France surperforme en comparaison des autres géographies du Groupe Worldline. Son rôle moteur et historique au sein de Groupe nous amène à penser que son taux d’OMDA doit avoisiner 18,5%. De la même manière, sa marge est probablement supérieure à la moyenne du Groupe. Notez également que la Direction prévoit pour la période 2016 – 2019 d’augmenter son chiffre d’affaires et d’accroitre sa performance.

Le graphique suivant permet d’illustrer notre travail de négociation et la solution à laquelle nous sommes arrivées avec la Direction :

* La formule 2016 étant basée sur le taux de marge, nous avons dû procéder à une approximation du rapport entre le taux de marge et le taux d’OMDA après l’analyse de nos résultats : Taux de marge = 95% du taux d’OMDA
Ce qui nous donne pour les valeurs principales de taux d’OMDA, les montants suivants en millions d’euro pour notre enveloppe d’intéressement de base :

Taux OMDA 15% 16% 17% 18% 19% 20% 21% 22%
Intéressement de base 2016 2,1 2,6 3,1 3,5 4,0 4,5 5 5,5
Proposition Direction n°1 2,7 3,1 3,5 3,9 4,3 4,7 5 5,1
Proposition intersyndicale n°1 2,5 3 3,5 4 4,5 4,8 5,1 5,3
2017 Proposition intersyndicale n°2 (Acceptée) 2,8 3,2 3,6 4 4,4 4,8 5,1 5,4

Comme vous pouvez le constater, la formule de notre nouvel accord permet de dégager dans la majorité des cas une enveloppe d’intéressement supérieure à celle que nous obtenions dans le cadre de notre accord précédent. La tendance s’inverse légèrement dès lors que nous dépassons un taux d’OMDA de 21%. Cette baisse reste néanmoins limitée et mesurée étant donné le caractère improbable d’une telle performance. Nous avons en effet préféré consacrer nos efforts à l’amélioration de la courbe d’intéressement sur les zones avoisinantes les objectifs d’OMDA posés par la Direction.

Dans le contexte actuel et pour les 3 années à venir, cette nouvelle formule de calcul apparait donc plus favorable pour nous tous.

 

Sur la répartition de l’enveloppe d’intéressement entre les bénéficiaires

Le deuxième point sur lequel nous sommes venus buter durant cette négociation est la manière de répartir l’enveloppe dégagée par notre jolie formule.
La solution précédente distribuait notre intéressement en fonction de 2 clés :

  • Pour ½ proportionnellement à la durée de présence de chaque bénéficiaire
  • Pour ½ proportionnellement à notre rémunération brute

Cette solution accordait une place particulièrement importante à la rémunération qu’il semblait nécessaire de rééquilibrer. En effet, les écarts entre nos salaires ne traduisent pas nécessairement une différence dans la qualité de notre travail ou dans notre engagement au quotidien mais résultent souvent d’une composante sociétale voire d’une dose d’arbitraire. Voyez par exemple les écarts entre des métiers techniques et commerciaux. Cette répartition de l’intéressement s’apparente alors à une double peine et porte par nature une certaine injustice dans le partage du fruit de notre travail.

Notre revendication fut alors la suivante : augmenter le poids du temps de présence et diminuer d’autant celui de la rémunération lors du calcul de la répartition :

  • Pour 60% proportionnellement à la durée de présence de chaque bénéficiaire
  • Pour 40% proportionnellement à notre rémunération brute

La Direction reste très attachée à la solution de notre accord précédent. Elle a néanmoins accepté de faire un premier pas en abaissant le plafond de la rémunération pris en compte lors du calcul de la répartition de l’intéressement.
Quelques explications :

Le plafond précédent était fixé à 3 fois le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS), soit 117 684€. Notre accord le fixe à présent à 2 PASS, soit 78 456€. En réduisant la base de calcul pour plus de 250 salariés, on minore le poids des plus hauts niveaux de rémunération, et on progresse vers un intéressement plus équitable pour tous.
Un tableau pour mieux comprendre :

Rémunération Montant Intéressement lié à la rémunération
Avec un plafond = 3PASS
Montant Intéressement lié à la rémunération
Avec un plafond = 2PASS
Salarié n°1 150 000 € 1 743 € 1 245 €
Salarié n°2 100 000 € 1 481 € 1 245 €
Salarié n°3 85 000 € 1 259 € 1 245 €
Salarié n°4 45 000 € 667 € 714 €
Salarié n°5 25 000 € 370 € 397 €

Nous avons fait les hypothèses suivantes : l’enveloppe globale d’intéressement s’élève à 4M€, nous sommes 3000 salariés, le salaire moyen s’élève à 45 000€ avec un plafond à 3 PASS, diminuant à 42 000€ dès lors que notre plafond est positionné à 2 PASS.

On constate que l’écart entre les montants d’intéressements distribués diminue de manière conséquente. On passe par exemple de plus de 1000€ d’écart entre les salariés n°1 et n°4 à un peu plus de 500€.

Ce nouveau plafonnement opère une redistribution de l’enveloppe d’intéressement au profit des salariés ayant une rémunération inférieure à 2PASS. L’augmentation est notable pour les « petits » salaires, avec un salarié n°5 voyant son intéressement augmenter d’environ 30€ soit un gain de 7%.

Étant donné ces différentes améliorations, et bien qu’il soit encore possible de faire beaucoup mieux, les deux organisations syndicales négociatrices CFDT & CFTC ont décidé de signer cet accord d’intéressement qui encadrera le partage de la valeur pour les 3 prochaines années.

Des questions, des remarques, des commentaires, n’hésitez pas ..

 

Négociations Annuelles obligatoires 2017 THE END !

La négociation annuelle 2017 sur la rémunération, le partage des bénéfices et le temps de travail, pourrait-elle se conclure par un accord ?

Après des années de décisions unilatérales de la Direction, on ne sait même plus comment dire une chose pareille. Mais étonnamment oui, cette année, après un travail de négociation de qualité, l’intersyndicale CFTC & CFDT s’apprête à signer le projet final proposé par la Direction.

Avant de rentrer dans les détails, précisons le sens de cette signature : un accord qui reste partiel, en retrait par rapport aux besoins et aux capacités de l’entreprise, un accord relatif à un contexte particulier qui nous permet aujourd’hui de sauver quelques meubles.

Dans les profondeurs persiste un désaccord sur l’analyse de la situation de Worldline et la manière de construire ensemble une société plus harmonieuse. Notre mésentente est une béance qui sépare deux perceptions du monde : là où la Direction voit de la justice nous voyons de l’arbitraire, quand elle célèbre sa gouvernance « éthique » on reste bouche bée à se demander ce qui pourrait l’affecter si ce n’est sa courbe d’OMDA et sa pile de cash. Elle nous parle de bien-être au travail dans une « Great place to work » pendant que nous persistons au quotidien à nous cogner sur une certaine opacité du fonctionnement de Worldline, un autoritarisme prégnant et quelques « petites violences » entre amis.

Et pourtant cette année, l’intersyndicale CFTC & CFDT devrait signer le projet de la Direction !

Une signature qui viendrait valider un réel progrès dans la forme et sur le fond. Plusieurs réunions pendant lesquelles nous avons pu réaliser un vrai travail de négociation avec la Direction: proposer, échanger, amender. Ce n’était pas le cas depuis des années et c’est donc encourageant.

Sur le fond, le projet de la Direction ne reprend évidemment pas l’ensemble de nos propositions : Certaines sont mises de côtés, d’autres sont réduites et quelques-unes conservées. Néanmoins les avancées présentes dans ce projet vont dans le bon sens. Il nous semble important de les préserver dans un accord.

N’hésitez pas à nous dire que ce que vous en pensez.
Très bonne lecture !

Sur les augmentations générales

Nous avons avancé dans la construction d’une politique d’augmentation générale plus satisfaisante pour « les petits salaires » avec pour objectif d’accompagner l’ensemble des salariés vers une rémunération supérieure à 43 150€ (Plafond mensuel de la sécurité sociale). Le résultat n’est pas à la hauteur de nos espérances, mais est néanmoins bien supérieur aux projets des années précédentes.

Critère > Critère < Montant AG Montant AG annuelle
0 € 21 000 € 35 € 455 €
21 000 € 30 000 € 30 € 390 €
30 000 € 35 000 € 25 € 325 €
35 000 € 40 000 € 20 € 260 €
40 000 € 43 150 € 15 € 195 €
43 150 € 50 000 € 0 € 0 €
50 000 € 55 000 € 0 € 0 €
55 000 € 60 000 € 0 € 0 €
60 000 € 65 000 € 0 € 0 €

 

Sur les augmentations individuelles

Un budget de 1,4% de la masse salariale totale sera consacré à effectuer des augmentations individuelles applicables au 1er juillet 2017 sans rétroactivité.
La direction s’engage à ce que l’attribution de ces augmentations individuelles bénéficie à 65% minimum de l’ensemble des salariés.
Soit une enveloppe budgétaire d’environ 1.8M€.

Sur le partage de la valeur ajoutée

Participation & intéressement

La direction du groupe Worldline conviera les organisations syndicales afin d’ouvrir une négociation en vue d’aboutir à la conclusion :

  • d’un accord de participation applicable sur le périmètre de l’UES Worldline,
  • d’un nouvel accord d’intéressement applicable sur le périmètre de l’UES Worldline.

La possibilité de négocier un accord de participation au niveau de Worldline pourrait nous permettre d’obtenir une participation de meilleure qualité. Nous vous rappelons qu’actuellement l’accord en vigueur est global à l’ensemble du Groupe Atos.

Sur la PIVA

Pour l’exercice 2017, l’enveloppe totale consacrée  aux PIVAs sera de 0.51 mois de salaire mensuel de base de tous les collaborateurs concernés. Soit une augmentation de 2% assurée pour cette année par rapport à l’exercice 2016.
A cela s’ajoute une augmentation de l’enveloppe pouvant aller jusqu’à 10%, conditionnée par l’atteinte d’objectifs globaux (Global WL Multiplier).

Sur le budget du Comité d’Entreprise

Le budget social du Comité d’Entreprise de l’UES Worldline passera à 0,90% de la masse salariale prise en compte pour son calcul à compter du 1er juillet 2017, soit une augmentation de 0,05% .

Sur le Compte Epargne Temps

La direction s’engage à ouvrir une négociation avec les organisations syndicales représentatives en vue d’élargir les conditions d’accès et d’utilisation du Compte Epargne Temps des salariés mais aussi en prenant en compte la situation conjoncturelle de l’entreprise.

Cette négociation est annoncée au deuxième semestre 2017. Elle préservera le dispositif du CET actuel.

Après de nombreuses années à essayer de convaincre la Direction d’élargir l’utilisation du CET, nous sommes satisfaits de voir finalement cette revendication acceptée. La circonspection reste de mise car tout reste maintenant à faire pour construire un bon accord pour nous tous.

Afin de construire un véritable projet commun pour Worldline et réussir à peser de tout notre poids lors des prochaines négociations, nous avons besoin d’être tous ensemble. Venez nous rencontrer, échanger, vous syndiquer pour que nous tous, les salariés, participions au devenir de notre entreprise.

Des commentaires, des remarques, des questions, n’hésitez pas !
Toute l’équipe CFTC & CFDT